On Bebop

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Dimanche, février 26 2006

Une envie de tout claquer

Il y'as des moments comme ça où l'on a envi de tout foutre en l'air, s'échaper de toutes ces contraintes qui nous entourent, nous affaiblissent. Des moments comme ça j'en ai un peu trop à  mon goût ces derniers mois, partager entre différentes "obligations". Le boulot, les cours les assos, tellement pesant que je ne gère même plus bien tout. J'ai besoin de temps pour moi aussi. Alors j'en prend, mais j'en perd pour le reste. Difficile de faire un choix...mais l'on ne peut tout gérer, et ce choix il faudra bien que je le fasse si je ne veux tout perdre...

Mercredi, février 1 2006

Sale temps sur mon coeur

Sale temps sur mon coeur
Ce n'est pas encore l'heure
Et même avec cette éclaircie
Je n'échape à la pluie
Tu es sorti des nuages,
Je ne m'y attendé pas
Il parait que c'est comme ça
Il parait aussi que ça ne réussi pas

Quand tout va bien
Pourquoi rejeter cette probabilité
Quand on s'accorde
Pourquoi serrer la corde

Abandoner un souffle de vie
Et fermer les yeux
Mais comment partir sans regret
Sans rien avoir essayé.

Qu'est ce qui ne va pas avec moi...

Vendredi, décembre 30 2005

Bulle de....

L'humeur d'un soir, d'un début de nuit. Quand on se sent ailleur, trop différent. Veut on juste l'être ou est ce la vie. J'avou que je n'ai pas vraiment bougé ce soir, que je n'ai pas vraiment donné. Mais qu'est ce qu'elle attendée...

Lire la suite...

Dimanche, juillet 10 2005

L'heure

Il est l'heure,
L'heure de s'emerveiller
Le soleil se lève
La journée sera belle
Dans mon coeur la chaleur
Je suis de bonne humeur
Parti depuis l'hiver
Ce n'été qu'ephémère

Tant de mois écoulés
Sans jamais se quitter
Tant de mois éloignés
Sans jamais se déchirer

Chaque jour qui existe
Chaque fois que tu existe
Mon coeur s'illumine
Je ne sais t'éviter

Je ne veux te quitter
Je ne veux plus m'éloigner
Je ne veux plus m'évader
Dans tes bras j'ai trouvé

L'équilibre parfait
Le désir à jamais
Mon bohneur renouvelé

Vendredi, avril 29 2005

Minuit quarante

Déjà minuit quarante cinq,
Je suis fatigué,
Physiquement un peu,
Moralement beaucoup,

Perdu dans ce monde
Où je veux grandir
Grandir mais trop vite
Je veux m'évader

Je ne sais l'éviter
Perdu dans mes pensés
Je ne sais comment avancé
Il est trop tard

Je dois faire face
Assumer ce qui peut m'animer
Mon esprit s'éfondre
Là bas dans les ténébres

Mon âme est pauvre
Elle cherche une motivation
Suis je capable
Capable d'assumer

Je ne suis q'un mirage
Mais personne ne le voit
Je ne suis pas si bon
Je me sens opressé

Emprisoné d'un monde
Si attirant et captivant
Pour lequel je ne suis
Qu'un semblant d'être

Le courage m'abandonne
Mes capacités sont pauvres
Le moindre obstacle
M'éttoufe et m'affaibli.

Je pose mes mots
Non pour me plaindre
Mais pour réaliser
La faiblesse en moi.

Je ne sais plus vraiment parler
Tu ne sais même plus ma vie
Je ne suis plus seul
Mais mes sentiments le sont restés.

Mon coeur est fermé
Seul une idée éphèmére
Si pauvre et égoiste
L'entrouve un instant

Mais c'est à chaque étape
Qu'il se referme un peu plus
Je n'ai plus goût
Au plaisir de la vie

Au plaisir d'une autre conaissance
Ais-je grandi à l'envers
Suis je juste un idéaliste
Dans un monde trop réaliste

Mon coeur se serre
Evacue ses inpurté
Ses désirs froissés
Et s'asséche sous un faux soleil

Mes pensées se brouillent
Mes yeux se noient
Mes mains tremblent
J'hésite et je trébuche

Mon coeur est lourd,
Lourd d'un grand vide
J'ai chaud et pourtant
Je me sens partir

Je n'ai plus ce courage,
Les difficultés arrive
Je croyais qu'elles étaient passés
Non, je suis toujours noyés

Au milieu de l'océan
Linterminable troubillon
M'emporte et m'affaibli
Je ne sais par où l'attaquer

Je parle beaucoup
Mais n'agis pas vraiment
Je n'ai que 20ans
Je me crois capable

Capable de quoi ?
De rien
En tou cas de pas assez
Je cherche encore la motivation

Toi tu me voyé comme...
Comme quelqu'un
Quelqu'un que je ne suis
Que très peu

Je n'ai ni l'étoffe
Ni le courage
De corriger mes faiblesses
Je le veux juste

Demain, tout à l'heure
Je me léverais encore
Vais-je enfin finir
De classer l'inachevé?

Tout à l'heure je me léverais
Que ses paroles m'y tienne
Je ne trainerais, ni m'amuserais
La journée sera pleine

Je vais assumé
Je vais continué
Je ne t'abandonneré
Je ne m'abandonneré

TU m'en voudra surement
Je ne devrais me rattaché
A quelqu'un qui n'est
Plus ce qu'elle était

Mais il faut s'émerveiller
Lorsque dans les moments
Les plus durs qu'ils soient
On peut apporter la lueur

Au milieu de l'obscurité
Il faut savoir se relever
Quand quelqu'un croit en vous
Quand vous croyez en quelqu'un

Ne pas laisser la lueur
S'affaiblir et s'éteindre
Mais lui fournir de quoi
S'intensifier à chaque instant

Pour qu'un jour une flamme jaillisse
Et éclaire Notre petit monde
Que les obstacle brûlent derrière
Et qu'ils s'effondrent devant.

Mardi, avril 5 2005

Peur

Cesser d'avoir peur
Cesser de ne croire en rien
Commencer à  réaliser
Que tu pouvais m'aimer
Commencer à  en finir
Avancer en moi même
Si tu ne m'aime
C'est que je suis rester le même
Rester si pâle et si sobre
Perdu et sans vie
Comment apporter la bohneur
Lorsqu'on en est dépourvu
Aujourd'hui je réalise peu à  peu
Est ce que je réalise vraiment
Ou suis-je encore dans mes illusions
Je ne sais que croire
Toi tu es parti
Tu a trouver ton nouveau bohneur
Pourrais-je encore un jour
T'apporter mon amour
Serais-je un jour assez fort
Fort pour soulever ce poid
Fort pour raviver ton amour
Fort pour réaliser qui j'étais
Veux-tu que je change,
AImerais tu que je sois plus fort
J'aimerais regagné ton coeur,
Pas encore maintenant
Mais je ne sais ce que tu attend
Attend tu quelquechose de moi ?
Ton amour perdu a t il un sens au futur
Ton amour aura t il un sens dans le futur

Samedi, février 26 2005

Pensé de la nuit

Il est trois heure
La soirée s'achève
La nuit s'invite
Mes yeux se ferme
Je cours encore et toujours
Mais arrive à destination
On raye le passé
Puis on réconcili l'avenir
Tu es là et tu reste toi
Avec tout pour toi
Rien ne te perturbe
Et mes pensées titube
Mais il n'y a pas d'amertume
Juste un brouillard d'attitude
Dans lequel rien ne t'efface
Et o๠tu fais face
Ils s'inquiètaient pour moi
Ils ont eu raison,
Je leur ai donné tord.
Jusqu'au point mort
Où dans cette nuit de glace
Tu as disparue
Qu' il est dur de te voir
T'échaper dans le noir
Qu' il est bon d'avoir
Une parole d'espoir
Qu'il est bon de voir
Un sourire non illusoire
J'ai souffert de ta tristesse
Mais qu'il est bon de te voir
Revenir à l'éspoir
Une certitude plus qu'un espoir
Une déception partagé
Une réussite évité
Enfin un but ateint
Et des idées reposés.

Eh oui te revoilà

Petit texte écrit au soir ou lendemain de mes 20ans. Culpabilisant pour rien, les pensées noirs....

Lire la suite...

Jeudi, décembre 16 2004

Souffle cassant

C'est un souffle froid
Un souffle sec qui ne trahi
Qui me parcour et s'initie
En mon coeur et en moi
Le ciel s'assombri
Mon esprit s'affaibli
Mes songes sont noir
Comme les plaies de mon coeur
Des plaies vifes et marqués
Seulement pansé de poussières
Seulement protégé d'éphémères
Qui n'évoque que galères
Chaque jour n'est que mauvais
Chaque jour n'est que nouvelle plaie
Et mon être qui s'égare
Mon esprit qui s'affaibli
Mon coeur est ouvert
Mon âme se referme
En mon coeur le froid
La chaleur hors de moi
Mes songes bercé d'illusions
Mes rêves enterré à  foisons
Envolé au lointain des étoiles
Dissipés au confins des océans
Au loin l'horizon s'assombri
Devant chaque espoir s'affaibli
A trop en vouloir
A trop y croire
Je ne fais que me détruires

Dimanche, décembre 12 2004

Qu'arrivera t-il

Qu'arrivera t il dans une heure
Qu'arrivera t il demain
Serais toujours seul
Isolé, sans vrai destin
Sans plus un rêve
J'ai grandi trop vite
Dans un monde où ma place
Si elle a été n'est plus
Je ne profite pas de la vie

Elle profite de moi

Le courage m'abandone,

La tristesse me gagne

La peur m'envahie

Et mon coeur réclame

Quelquechose d'inachevable

Je dépend donc de l'amour

L'amour de quelqu'un

L'amour d'une personne

Laquelle ? Je ne sais plus

Cet amour existe t il...

Perdant, le suis je vraiment

Même certainement,

Je ne croi en rien, ni en moi

Ni aux autres,

Suis je si différent

Quel est ma raison de vivre...

Refroidissement

Sur la route qui progresse
C'est là que mes rêves régresse
Mes rêves s'en vont finir
Je ne sais ce qui peut me guérir
Partir solitaire et vaincu
Revenir solitaire et déchu
Si un jour je retrouvé une place
Dans ton coeur, dans ta vie
Si un jour je retrouvé la chaleur
Le confort de ton coeur
Qu'il ne m'est plus permis d'approcher
Qu'il ne m'est plus permis de courtisée

Tous les souvenirs qui animent mes pensées
Je ne vis plus dedans, je ne vis plus avec
Ils sont juste là , conservé en mon seins
Il resurgissent sooudainement
Viennent divagué dans mon esprit
Seul l'espoir d'un jour m'éveille

M'éveille dans l'obscurité soudaine
Qui se lèvent devant moi
La peur, l'insouciance de la vie
Une vie qui s'est animé autour de toi
Qui a grandi grâce à toi,
Toi dont je ne sais plus grand chose

Toi qui est ma seule âme
Celle qui a su me gardé animé
Qui ma gardé sains et sauf
Des moments de désespoir
Des périodes de déchirements

Ta main dans la mienne,
Mes pensées sur tes genoux,
Ta main pour les apaiser
Mon regard effrayé
Par ce qui allé arrivé

Pourquoi tout ressentir ainsi
Pourquoi je ne vois que ce qui me fait mal
Pourquoi les plus beau cadeaux
Pourquoi ceux-ci ne viennent pas à mon esprit

Je n'aime pas ce que je rescend,
Je suis faible d'esprit et de courage
Quelles envies me motivent,
Quelles désirs m'animent,
Quel amour ma fait vivre

Si J'aime que tu me surprenne,
J'aime quand tu t'évade
Quand tu t'envole
Tu est pleine de vie
Pleine de folie

Si l'amertume m'anime
Alors je ne suis plus
Si la courage m'anime
Alors je revis
Mais je n'en sais rien

J'aimerais juste,
Enfin non, je n'aimerais pas
Je veux simplement
Si tu le veux
Que tu remette la première pierre

Je vis dans cette espoir
Un éspoir surement de trop
Trop injuste et trop lâche
Lâche comme je l'ai été
Lâche de croire mes pensées

Ce que j'ai gachés c'est de ma faute
Au fond je le sais, tu pouvais me le montré
Je ne voulais pas y croire...
La peur ? La lacheté ? L'incapacité? Ou juste une volonté inconsciente ?

Si un jour je suis près alors tu le sauras
Près à croire qu'on peu vraiment m'aimer
Près à croire qu'on n'est plus pitié
J'ai souvent voyager seul,
Souvent ou même toujours

Quand j'aurais compris
Peut être sera-t-il trop tard
Peut être l'est il déjà ...
Pour nous, pour moi
Pour la vie qu'il me reste

Vaut elle la peine
Quand tout vous lache
Quand l'espoir s'évapore
Du long fleuve de la vie
Avant de tombé dans les gouffre profond

Puis reposer pour l'éternité
Dans une prison froide
De glaces et d'amertumes
Et finir loin de tout
Loin de ta vie, je ne suis
Et ne serais plus rien.

Vendredi, novembre 5 2004

20ans mais décidément...

Petit texte écrit au soir ou lendemain de mes 20ans. Culpabilisant pour rien, les pensées noirs....

Lire la suite...